dimanche 31 octobre 2010

Le miracle que nous n'attendions plus

C'était le mois où j'y ai le moins pensé. Comme si, vraiment, le lâcher prise avait guéri nos petits défauts. Un miracle reste un miracle et vient rarement avec des explications.

Tout d'abord, le 7 août 2010, Frank et moi avons célébré nos fiançailles traditionnelles vietnamiennes entourés de nos familles et amis. C'était une journée merveilleuse durant laquelle nous avons reçu de l'amour à profusion.



Le lendemain, sous la pluie et avec l'aide de quelques amis, nous avons fait le ménage des chalets et rempli le camion de tous nos cadeaux, de la vaisselle, des restants de bouffe, de l'autel, etc. Je me suis blessée au dos. En fait, j'ai eu le dos barré pendant deux longues semaines. J'avais tellement mal que j'ai rencontré un ostéopathe à deux reprises en l'espace de dix jours. Il m'a fait réalisé que mon dos était bloqué à deux endroits, dont au sacrum (le bas de ma colonne vertébrale). En travaillant au niveau de mon sacrum, il m'a mentionné que mon utérus était tout coincé vers la gauche et il a aussi travaillé à ce niveau. Durant ces deux semaines-là, j'ai aussi rencontré mon acupuncteur qui m'a aussi fait un traitement d'urgence pour mon dos et en moins de deux semaines, tout est pas mal rentré dans l'ordre.

La fin de notre pause initiale approchait à grand pas: début septembre. Nous avions un rendez-vous avec notre médecin traitant à la clinique de fertilité pour mettre notre dossier à jour pour la FIV, cette grande étape qui était la prochaine mais que nous voulions repousser encore un peu. Le docteur nous a expliqué en long et en large le fonctionnement de la FIV et il nous a dit que nous pourrions entreprendre le processus dès que les résultats du seul et unique test qui nous restait à passer rentrerait. Nous lui avons fait comprendre que nous avions des billets pour le Viêtnam et que nous allions entreprendre la FIV qu'à notre retour en janvier 2011. Puis, Frank a dit:
De toute façon, je crois que Marie-Ève est présentement enceinte.
Le médecin, en riant, m'a demandé pourquoi je n'avais pas fait de test en pharmacie.
Parce que ça fait 3 ans qu'ils sont toujours négatifs.
Alors, Dr St-Michel a répondu:
Ça mérite une prise de sang!

Cela faisait une semaine que Frank me répétait sans cesse qu'il croyait dur comme fer que j'étais enceinte. Je faisais la sourde oreille, je ne voulais pas y croire, de peur de tomber de haut. À la clinique de fertilité, durant le 20 minutes que nous avons attendu avant d'obtenir le résultat de ma prise de sang, je lui en voulais amèrement de nous monter en bateau. Comment pouvions-nous nous permettre d'être encore aussi innocents après 3 ans d'attente et de déceptions?

L'infirmière nous a accueilli dans son bureau en nous tendant une feuille sur laquelle il était inscrit en grosses lettres majuscules: POSITIF. J'ai crié si fort que Dr St-Michel, dans son bureau de l'autre côté du corridor, m'a entendue. Frank a dû me rattraper car mes genoux m'ont lâchée alors que j'éclatais en sanglots. Frank et moi avons pleuré une bonne quinzaine de minutes sans nous lâcher. Nous allions enfin être parents.

Les deux premières semaines, malgré tout, je n'arrivais pas du tout à y croire. J'ai même refait un test en pharmacie pour m'assurer que le résultat obtenu à la clinique était bien le mien, qu'ils n'avaient pas fait erreur sur la personne. Un après-midi, j'ai commencé à avoir des petits saignements. Rien de nécessairement alarmant, mais j'ai tout de suite pensé que je perdais ce petit miracle, encore une fois. Le lendemain, les saignements étant toujours présents, j'ai appelé la secrétaire de ma gynécologue pour obtenir une requête pour une échographie de viabilité. Moins de 24 heures plus tard, Frank et moi étions à l'hôpital Ste-Justine, dans la salle d'attente du département des échographies, entourés de femmes enceintes. Mon nom a été appelé rapidement et le radiologue a commencé son échographie calmement.
Voici votre utérus.
A-t-il dit lorsque nous avons vu un gros rond noir. Mon coeur s'est affolé, je le trouvais bien vide cet utérus étrangement gonflé.
Ceci est le sac vitellin, et là, cette minuscule crevette accrochée au sac, c'est votre bébé.
Immédiatement, j'ai vu le coeur de notre bébé battre, petit point scintillant sur ce grand fond noir. Le radiologue a confirmé l'activité cardiaque et nous a dit que notre bébé mesurait 3 mm, plus ou moins un, et que je devais être enceinte de 6 semaines 3/7. Il nous a ensuite remis la première ''photographie'' de notre miracle.



Quelques jours après notre échographie, j'ai commencé à ressentir les fameux symptômes de grossesse: fatigue extrême, nausées et vomissements. Aussi bête que cela puisse paraître, j'ai aimé avoir ces symptômes bien présents, cela me rassurait sur la vitalité de notre petit bébé.

Aujourd'hui avait lieu la clarté nucale, une échographie pour vérifier les risques de trisomie ou autre anomalie. J'avais simplement hâte de revoir notre petit miracle:



Notre petit miracle de vie est attendu pour la mi-mai 2011.

Je suis une maman en devenir.