dimanche 28 février 2010

Prométrium

Après mon échographie d'ovulation de vendredi dernier, j'étais plus que découragée. Le médecin avait refusé de mesurer mon endomètre pour déterminer s'il était trop mince ou non. Il me disait que ma progestérone naturelle ferait son boulot une fois l'ovulation passée. Mais ça ne m'a pas suffit. En fait, ça m'a complètement démoralisée.

Il s'agit tout de même de notre dernier cycle d'essais officiels avec hormonothérapie. Je voulais m'assurer que tout soit mis en place pour l'accomplissement de notre grand rêve. La réponse du médecin m'a rendue défaitiste. Je n'y croyais plus.

Dans un cycle, il y a trois phases: phase folliculaire, ovulation et phase lutéale. Suite à l'ovulation, la progestérone combinée avec l'oestrogène contribuent à la formation de l'endomètre sur les parois utérines qui sert à accueillir le zygote (ovule fécondé). Un endomètre trop mince résulte en une non nidation de l'embryon.

Ma grande crainte était que, comme l'un des effets secondaires de Clomid (l'hormone qui contribue à l'ovulation) est d'amincir l'endomètre après plusieurs cycles d'usage, les inséminations soient faites un peu dans le beurre, dans le sens où la fécondation a peut-être lieu, mais pas la nidation.

Ce matin avait lieu, pour une troisième fois, la première de deux inséminations. Lorsque nous sommes arrivés à la clinique, j'ai demandé qui était le médecin en place et on m'a annoncé que c'était celui-là même qui m'avait fait mon échographie. Je me suis mise à trembler parce que j'avais l'intention de redemander une prescription pour de la progestérone au médecin de garde. Mais c'était le même! Durant l'heure qui a suivie, je me faisais cinquante millions de scénarios dans lesquels j'engueulais le docteur jusqu'à ce qu'il cède, mais je savais bien que ce n'était pas mon genre de crier à la tête d'un médecin (quoi que ça aurait fait du bien!) Alors, c'est la tête bien basse et le visage inondé de larmes que je me suis présentée, une fois mon nom appelé, à la salle d'insémination.

Je pleurais tellement que l'infirmière a demandé à mon amoureux de m'accompagner en salle, ce qu'il ne fait jamais. Sa présence m'a été bénéfique. Quand le médecin est entré, je lui ai dit, entre deux sanglots, que je voulais absolument une prescription de progestérone pour deux raisons: c'est notre dernier cycle d'essai, pourquoi ne pas mettre toutes les chances de notre côté? et depuis que je prends Clomid, mes règles sont tellement légères que ça me fait croire que mon endomètre est trop mince.

Il a accepté! Alléluia! Alors, je commence dès ce soir la prise de Prométrium pour les deux prochaines semaines. Je retrouve lentement mais sûrement ma confiance en cette dernière chance...

2 commentaires:

rika a dit...

Voilà les jeux sont fait pour toi, j'espère bien que ça sera une pause de 9 mois, auquel tu aurai plus que droit, que tu va avoir! Et avec la progestérone t'as bien raison ça met toutes les chance de votre côté. Je souffle très très fort de la poussière de + vers chez toi. En espérant que ça te porte chance. Les 2 semaines d'attente arrive alors courage et reste positive ma belle.
Bisou
rika

M-E a dit...

merci beaucoup, ma belle rika!
comment va ta petite crevette? il reste combien de jours jusqu'au 16 avril? ;)
bisous!