mercredi 3 février 2010

bip, bip, bip!

Être en essai bébé depuis aussi longtemps, en plus d'être suivie en fertilité, nous amène en montagnes russes émotionnelles. Chaque petit détail est analysé, la naïveté des débutants n'est plus. Je connais maintenant trop bien mon corps pour ne plus y porter attention. J'ai pris l'habitude, avec les mois qui passent, à compiler toutes ces petites données dans un journal de bord rouge. Courbe de température, tests d'ovulation, symptômes pré-ovulatoires et pré-menstruels, etc. Malgré que nos essais soient maintenant extrêmement différents, puisque nous procédons à des inséminations avec prise d'hormones, j'ai continué rituellement à prendre ma température à tous les matins.

Pour prendre sa température basale, il est primordial d'avoir le bon thermomètre. Évidemment, sommes-nous étonnés, le thermomètre le plus vendu pour ce fait est rose. Donc ce fameux thermomètre rose est utilisé par un grand pourcentage de femmes qui essaient de tracer un portrait de leurs cycles. Et ce fameux thermomètre rose fait bip, bip, bip aux quatre secondes jusqu'à ce que la température basale soit détectée. Ayant utilisé ce fameux thermomètre rose au courant de la dernière année, à tous les matins, je peux vous dire que je suis heureuse de le ranger au fin fond d'un tiroir, loin, loin, loin de mon lit.

Un cycle se sépare, grossièrement, en trois phases: la phase folliculaire (commence dès le début des règles et consiste à la maturation des fameux follicules), l’ovulation (d'une durée de 24 heures en moyenne) et la phase lutéale (entre 12 et 16 jours). Donc la courbe de température est constituée de deux plateaux, un bas et un haut, et la coupure entre les deux consiste en l'ovulation.

Même après les IAC du début de la semaine, j'ai continué à prendre ma température pour observer cette montée de température significative d'ovulation. À mon grand désarroi, même ce matin, ma température était toujours basse! Je me suis donc fait des tonnes de scénarios beaucoup moins positifs que ceux des derniers jours. Je me suis dit que je ne devais pas avoir fait l'injection d'Ovidrel comme il se devait ou que je n'avais pas du tout ovulé. Bref, j'ai paniqué.

J'ai contacté l'infirmière de la clinique de fertilité et elle m'a rassurée tout en me faisant un peu la morale. Si le médecin avait bien vu mon beau follicule à l'échographie et si j'avais fait mon injection d'Ovidrel deux jours après, il était plus que certain que j'ai ovulé. Ouf! Elle m'a conseillé de ranger mon fameux thermomètre rose, de respirer et de prendre mon mal en patience pour les deux prochaines semaines. Argh!

Alors, voilà. Mon fameux thermomètre rose n'est plus sous mon oreiller. Adieu les bip, bip, bip matinaux. Je risque tout de même de le chercher à tâtons demain matin, mais c'est pour une bonne cause. Ma santé mentale et ma zénitude si fragile des prochains jours en dépendent.

Après une grande descente folle et paniquante, la montagne russe émotionnelle remonte et bifurque pour revenir à un stade de psychottage plus positif. Alléluia.

3 commentaires:

Rika a dit...

Wow plus de courbe... Mais la zénitude s'empare de toi!!!

M-E a dit...

lol, il faut ce qu'il faut pour conserver le peu de zénitude qui réside en moi! 10 dodos... lol! je compte encore, par exemple!

Faith a dit...

Tu ne seras certainement pas étonnée de savoir que j'ai le même thermomêtre lol!

J'ai vraiment hate d'avoir de tes nouvelles ma belle. Et je crois le doigts pour toi.

Faith