lundi 25 janvier 2010

Sarah-Jade

Ma nièce est née. Mercredi le 20 janvier 2010, ce petit bijou a vu le jour et m'a causé bien des émotions. Même si je savais que son arrivée était éminente, la nouvelle m'a prise au dépourvu. Cette petite fille n'était plus que le simple bedon rond de ma soeur, pensée totalement illusoire de ma part, c'était désormais une personne réelle qui, un jour, me nommera matante. Je ne pouvais plus prétendre qu'elle ne me perturbait pas, je devais affronter mes démons.

Je suis passée par toute une gamme d'émotions et, sincérement, je crois que l'insomnie et l'humeur dépressive causées par les fameuses hormones ont amplifié celles-ci. Il est bien évident que cette petite puce me rappellera toujours ce qui aurait pu être. Mais ce n'est pas de sa faute à elle. Ce n'est pas de la faute à personne. C'est comme ça et c'est tout.

Lâcher prise semble si évident pour toutes ces âmes bienveillantes, mais ce n'est pas toujours le cas. Ma nièce a cinq jours de vie et je commence à peine à accepter qu'ainsi va la vie. Qu'elle est là et que ma petite crevette est au paradis des petites crevettes. Je mets ma main sur mon ventre et je me sens vide. C'est un sentiment si difficile à expliquer...

J'ai toutefois la plus belle des nièces au monde. Je l'aime déjà de façon inconditionnelle. Elle aura beau me rappeller ce petit bébé perdu, je ne lui en tiendrai jamais rigueur.

Admirez-moi cette merveille!

Aucun commentaire: